AURA, proximité, gestion, biodéchets, paillage, compostage, collectivités

Lettres d'info

La lettre d'information du Réseau est à destination des professionnels du compostage mais aussi des particuliers qui souhaitent s'enrichir de données et d'exemples concrets sur le compostage/paillage.
Pour recevoir la Lettre d'INFO, veuillez renseigner votre E-mail :
[pas d'utilisation abusive]
Le champ doit être renseigné et valide.
Cet e-mail est déjà enregistré.
Cliquez sur les encarts pour voir les versions déployées

La communication orale 2/2
N°5 | Fév. 2019
RCC Région La Lettre d'INFO
du RCC Auvergne-Rhône-Alpes
Fév. 2019
Suite à notre dernier numéro sur la communication, voici dans cette nouvelle lettre du Réseau compost citoyen Auvergne Rhône-Alpes un 2e volet sur la même thématique mais avec des articles complémentaires. Vous trouverez notamment de nombreux témoignages de formateurs et/ou d’agents de collectivités qui partagent des outils, des trucs et astuces, des expériences qui pourront certainement vous être utiles, notamment pour organiser ou promouvoir les prochaines actions phares du réseau : Tous au compost! et Café compost. Inspirez-vous des outils proposés ainsi que de ceux proposés sur notre site internet et contactez-nous si vous en avez d’autres à partager, nous pourrons les diffuser. Nous avons toujours à coeur dans le réseau de mutualiser nos connaissances et de nous enrichir les uns les autres pour faire avancer notre pratique. Bonne lecture.

Christian Nanchen
Valérie Suter
Co-présidents du RCC AURA

Communiquer dans l’espace public, mode d’emploi !

comm Nombre d’entre vous ont des objectifs de promotion du compostage individuel ou du compostage de proximité en général, et rien de tel qu’un stand pour promouvoir ces pratiques : au marché hebdomadaire, à la foire bio du coin, aux rencontres et autres manifestations rassemblant les foules !
Le public, intrigué par la présence de broyeurs, de compost ou d’exemple de paillage à même le sol s’approche et le dialogue s’établit : nous pouvons échanger nos pratiques et servir les messages de prévention et recommandation habituels. Ce type d’actions permet de créer du lien, de recruter pour des réseaux de guides composteurs-pailleurs ou encore de se faire de nouveaux contacts avec lesquels nous collaborons un jour ! Efficace !
Efficace oui, mais…

Lire l'article

Une communication efficace, ça s'apprend !

Ce n'est pas parce que l'on sait parler que l'on sait communiquer ! Avez-vous remarqué ?

Il y a de multiples raisons pour lesquelles tout le monde ne passe pas à l'action : réticences, résistances, barrages, peurs, changement d'habitudes, méconnaissance, etc. Et si nous n'en tenons pas compte, nous passons à côté de notre objectif et nous nous épuisons ! Partageons un secret inavouable sur les résistances au changement. Une résistance : en physique, c'est une force, une énergie qui lutte contre une autre force de même intensité. Qu'est-ce que cela veut dire pour nous ? Si je pousse quelqu'un (en essayant de le convaincre), il va me repousser avec la même force ! Chercher à convaincre génère donc de la résistance !

Lire l'article

Un module déjà tout prêt pour se former à communiquer sur le compostage ! le GC 12

Le module GC12 « Informer les publics » du parcours de formation Guide-composteur est idéal pour se former à communiquer avec différents publics.
Pour rappel, l'ADEME le formalise en ½ jour : avec trois objectifs :
1. Définir les principes de la communication
2. Identifier les préjugés du public, les socio-types
3. Adapter son discours en fonction du public

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

VColin Valérie Colin, Coordinatrice Réseau compost Citoyen Auvergne-Rhône-Alpes, Saint Clair de la Tour, Isère

Son outil préféré : le théâtre forum. Proche du jeu de rôle, cette méthode s’en distingue par la participation des personnes qui deviennent spect-acteurs, les situations problèmes (ou en impasse, ou à améliorer) sont les leurs, elles sont jouées par elles-mêmes et les spectateurs interviennent pour tester une nouvelle manière de répondre dans la situation problème. La recherche de solution est ainsi collective et les réussites peuvent se reproduire. C’est d’une part un outil que j’utilise pour mettre artificiellement et de manière active les stagiaires dans une situation professionnelle sur laquelle une nouvelle compétence est attendue. La scène problématique est jouée une première fois (à peu près comme elle s’est passée ou comme elle pourrait se passer), puis la scène est rejouée (autant que nécessaire) avec de nouveaux acteurs issus du public qui testent une nouvelle manière de faire, de répondre, de communiquer. L’animateur, nommé le “Joker”, est celui qui guide la méthode et amène aussi certaines propositions d’outils de communication : écoute active, communication bienveillante, outils de résolution de conflits, etc. C’est l’occasion pour les stagiaires de les essayer dans un cadre sécurisant et surtout de se les approprier ainsi que d’en voir les effets directs sur l’interlocuteur et sur eux-mêmes...

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

CNanchenChristian Nanchen, co-président RCC AURA, Mens, Isère

L’intérêt de la méthode participative : Avant d'agir comme formateur, j'ai été enseignant et j'ai toujours été intéressé par les approches qui rendent les élèves ou les participants à une formation actifs, curieux. C'est beaucoup plus intéressant et agréable pour un formateur. Quoi de plus triste et lassant qu'un groupe passif. Je pars aussi du constat, vérifié à de nombreuses reprises qu'il y a toujours moyen de s'enrichir par les questions, les témoignages des participants.
Autre point de mon approche, basé sur un savoir faire vieux comme le monde, Confucius par exemple. On sait bien qu'une personne apprend beaucoup mieux quand elle est impliquée, quand on l'amène à réfléchir à l'aide de son bon sens et des connaissances dont elle dispose déjà. Parfois on peut en tant que formateur donner une réponse à une question et constater que la personne n'a pas compris. Une question peut être liée à une incompréhension pas toujours clairement identifiée par la personne qui pose la question. Tant que cette incompréhension n'est pas identifiée et résolue, il n'est pas possible de maîtriser un savoir, sauf si on se contente d'un savoir livresque, non intégré et donc fragile et peu utile.

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

zpicard Zoé Picard, Maître composteur, Sictom de la Région de Morestel, Isère

L’intérêt de la méthode participative : Dans le cadre de ma mission d’animation du réseau de guides composteurs de mon territoire, je les invite à des rencontres thématiques 3 à 4 fois par an. L’objectif : se retrouver, échanger, approfondir un sujet, faire ensemble ou bien organiser quelque chose de concret. Ce groupe, hétérogène, a besoin de trouver du sens dans ces rencontres. Pour les rendre efficaces et dynamiques, j’essaie d’utiliser les méthodes participatives.

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

pfeltz Pierre Feltz, Formateur, Yronde et Buron, Puy-de-Dôme

Sa méthode préférée : J'aime particulièrement le jeu de rôle, qui s'utilise préférentiellement avec un public qui se connait déjà, et avec lequel on a du temps ! Au moins une journée, sinon plus. Il permet, malgré le côté artificiel du jeu, de se rapprocher de la réalité par des mises en situation tout à fait formatrices. Le principe est de permettre aux participants de s'approprier un sujet (par la lecture de documents, carte de rôle, etc.), avec une identité professionnelle qui est la leur, ou au contraire, tout à fait opposée à la leur. Ils seront ensuite amenés à vivre une situation professionnelle fictive face à d'autres personnes, comme dans la vraie vie. Par exemple, on peut simuler un entretien entre un directeur d'EHPAD et un Maître composteur, ce dernier devant présenter les tenants et aboutissants d'un projet de compostage. L’intérêt du jeu est bien sûr le retour que l'on peut faire collectivement - ici de l'entretien, pour dégager les éléments formateurs de la situation. Ce n'est qu'un exemple, très simple... la complexité du jeu de rôle peut amener à bien d'autres situations, comme la mise en place d'un comité de pilotage, une réunion, etc.

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

rcrochetRomain Crochet, formateur, Compost’action, Chambéry, Savoie

L’intérêt de la méthode participative : Selon Benjamin Franklin : “Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends”.
Cette citation témoigne selon moi de la posture que devrait adopter un formateur. Un discours vertical et descendant ne permet l’intégration que d’une infime partie de ce qui est dit.
Lorsque je souhaite transmettre quelque chose, je mets l’accent sur deux éléments.
D’une part, il est nécessaire que le groupe fasse corps. En créant une atmosphère propice, confiance et créativité sont favorisées.
D’autre part, il s’agit de faire émerger les représentations des participants le plus rapidement possible. Les représentations sont comme des lunettes qui filtrent et colorent ce que l’on perçoit au regard de nos références culturelles. Rares sont les personnes qui n’ont aucun avis sur un sujet. Il est donc réellement bénéfique de permettre l’expression de ces avis pour mieux cerner la demande, ouvrir la porte aux richesses de chacun et libérer les représentations qui pourraient éventuellement devenir des obstacles.

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

mcordonnierMarina Cordonnier, chargée de projet et référente Gaspillage Alimentaire à l’association Trièves Compostage et Environnement, depuis 6 ans

Ses méthodes préférées : Voici une méthode d’animation que j’utilise régulièrement sur nos ateliers lombricompostage à destination du grand public et idéale pour combattre les préjugés liés à la pratique du compostage en appartement : Le Vrai/ Faux. Le principe est très simple, je divise la salle en 2, un côté « vrai », un côté « faux », et au travers de plusieurs affirmations que je lance successivement (comme par exemple : « je ne peux pas partir en vacances plus d’une semaine sans que les lombrics meurent »), les participants doivent se positionner selon leur point de vue. Généralement, même quand une personne est certaine de sa réponse, elle se retrouve dans le doute en voyant d’autres personnes penser le contraire !

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

pystilesClément PIVETEAU, Chargé de mission compostage, Pistyles, Villeurbanne (Rhone)

J’interviens essentiellement dans les copropriétés mon animation consiste à :
  Faire venir les personnes avec quelques biodéchets
  Les vider face à tout le monde dans un grande gamelle

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

rmespoulhesRémi Mespoulhes, ex Auvergnat, ayant rejoint Compost in situ à Nantes !

Sa méthode préférée : de mon côté, je demande carrément à l'audience (directement ou indirectement) ce que je viens faire là et à partir d'une ou de plusieurs réponses, je démarre l'animation et l'adapte à ce qui ressort du public et à ce que j'en ressens.

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

Damien BEURRIER, Ambassadeur du tri et de la prévention, Sictom Sud-Allier, Allier

Lorsque je fais des animations scolaires, je pose des questions et je fais appelle à la connaissance des enfants sur le sujet. Je suis beaucoup dans le questionnement et l’écoute de chacun.
Ce que je préfère, c’est lorsque l’on passe à l’observation des décomposeurs. Avec une démarche un peu scientifique. Les enfants sont à fond !

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

ecorletElise Corlet, chargée des projets techniques, Sictom de la région de Morestel (Isère)

Ses méthodes préférées : J’aime utiliser deux icebreakers connus et efficaces.
La présentation croisée : positionnement en cercle et on échange entre voisins par duo pendant 2-3 minutes. Chaque personne présente ensuite son voisin au cercle. La présentation peut être cadrée par des questions de base : Nom, prénom, commune de résidence, fonction, ma demande pour cette réunion, …

Lire l'article

Les méthodes participatives pour communiquer : Témoignages des formateurs de la Région AURA

hguinotHélène Guinot, consultante et formatrice Biocyclade

Sa méthode préférée : Pour le module communication (GC 12) de la formation guide composteur, j’aime bien utiliser cet outil d’animation, absolument pas innovant mais efficace. Je prépare une liste de questions techniques (1 seule idée par question) que je fais tirer au sort par les participants. Je leur en fais tirer 3 en général, l’idée n’est pas de les mettre en difficulté donc ils préparent les 3 (5’ max par question) et répondent à celle avec laquelle ils sont le plus à l’aise, ou ils sont très à l’aise, à celle qui suscite le plus d’intérêt des autres participants. Les autres participants observent puis peuvent demander des précisions pour développer l’argumentation. Suivant le nombre de stagiaires, donc du temps dont on dispose, on peut faire un second tour ou bien choisir les questions où il est demandé de faire un rappel.

Lire l'article

Site internet : https://aura.reseaucompost.org/
Nos partenaires :
ademe région aura

Adhérer au réseau : https://aura.reseaucompost.org/adherer
La communication orale 1/2
N°4 | Déc. 2018
RCC Région La Lettre d'INFO
du RCC Auvergne-Rhône-Alpes
Déc. 2018
A l’heure où la mobilisation citoyenne passe par les réseaux sociaux, où les “influenceurs” déterminent le cours de la bourse par un simple post sur twitter, quelle communication et quelle posture de “communicant” doit-on adopter dans notre domaine d’activités : la filière de gestion des biodéchets? Il existe aujourd’hui de nombreux canaux de communication, mais quels sont ceux qui fonctionnent réellement aujourd’hui? Quels messages veut-on faire passer et quels messages sont retenus par nos différentes cibles? Le Réseau compost citoyen Auvergne Rhône-Alpes a souhaité consacrer cette lettre d’information à la communication; afin de donner envie à nos adhérents qui sont au contact de publics de communiquer autrement et in fine de les accompagner pour pouvoir monter en compétence sur le sujet. Comme ce sujet est très vaste, un deuxième numéro sera consacré à la communication début 2019 avec entre autres des exemples d'outils de communication. Bonne lecture à tous et bonne fin d’année !

Avec la généralisation des NTIC, c’est quoi la Communication ?

comm En moins d’une décennie, notre quotidien a été transformé suite au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Aujourd’hui si on n’utilise pas Internet, si on ne possède pas un Smartphone et un ordinateur avec du Wifi et du haut débit, on est « déconnecté » de l’information, on ne peut plus communiquer. Dans ces conditions, ce n’est pas évident de définir la comm’.
Pourtant la comm’ est indispensable pour informer, expliquer, enseigner, influencer, convaincre. De manière générale, la comm’ sert à manifester une intention, à atteindre un objectif par rapport à une cible : la comm’ n’est jamais gratuite !
Quelles que soient vos réalisations, si vous ne communiquez pas à un public, si vous n’êtes pas présents dans les médias, vous n’existez pas !

Lire l'article

S’inspirer des outils existants : la page outil de comm’, les photothèques

Quel chargé de mission ou animateur n’a pas cherché longuement des images libres de droit pour les insérer dans ses flyers ou ses diaporamas? qui encore n’a pas scanné et rogné des images pour la création d’outils pédagogiques? Qui enfin n’a pas surfé sur les sites internets des collectivités ou assos à la pointe de la communication pour s’inspirer des affiches existantes ?
Nous n’avons pas tous des chargés de mission communication et autres professionnels de la discipline dans nos structures et pourtant, nous le savons : aujourd’hui, la communication est au coeur de nos métiers ! Pour alléger la charge des allergiques aux NTIC ou faciliter la vie (professionnelle, CQFD) des divers acteurs du compostage de proximité, nous avons créé sur notre site internet (https://www.compostcitoyen-auvergne-rhonealpes.org/compostage/outils) une nouvelle page dédiée aux outils de communications existants et permettant non plus de s’inspirer, mais de se partager les productions de chacun !

Lire l'article

Qu’est-ce qu’un « bon visuel » ?

visuel Avant toutes choses, rappelons qu’un visuel, tel qu’on l’entend dans « outil de communication » fait référence à une image et à un contenu.
Un bon visuel sera ainsi celui qui remplira les deux objectifs suivants :
  véhiculer une image fidèle et efficace, adaptée au support et au public,
  transmettre un message, le plus clairement possible, pour une bonne compréhension du lecteur.

Cela paraît évident et simple de prime abord, mais il faudra constamment éviter les écueils et les fausses pistes, et être attentif au moindre détail afin d’atteindre sa cible...

Lire l'article

On va tester...un stand sur le marché !

stand En 2018, un groupe de bénévoles de notre association a souhaité travailler sur nos outils de communication et plus particulièrement sur notre stand. En effet, un constat était né à l’occasion de différentes manifestations où les bénévoles avaient tenu un stand : celui-ci n’était pas assez visible, et ne répondait pas à notre objectif de toucher un public large, non sensibilisé à la pratique du compostage/paillage. Le groupe s’est réuni à plusieurs reprises pour définir les grands axes du nouveau stand :

Lire l'article

Le Pays Voironnais à l'heure des Serious game et applications sur smartphone Compost challenge et Game of tri

challenge En 2016, Nelly Sicre, responsable service déchets au pays voironnais (Isère) se lance pour tester une nouvelle manière de communiquer et de sensibiliser ses concitoyens au tri et à la gestion des biodéchets.
Elle se rapproche d'OrgaNeo, un des spécialistes en France de la gestion de proximité des biodéchets par compostage qui développe des applications mobiles innovantes de sensibilisation des collaborateurs et des visiteurs au tri des déchets, au recyclage et à la lutte contre le gaspillage alimentaire.
La collectivité s'abonne à deux jeux sur le tri des déchets et sur le compostage, des serious games Compost Challenge et Game of Tri, 100% paramétrables, marque blanche et multisupports.

Lire l'article

Des exemples de comm qui nous plaisent

  Au Sictom du Guiers, le réseau des guides composteurs pailleurs, avec l’aide du syndicat, a réalisé une série d’autocollants qui ont été affichées sur les gardes corps des bennes de déchets verts de la déchetterie.

visuel visuel visuel

Lire l'article

Lettre au Père Noël

Cher Père Noël,
Cette année pour mes cadeaux, je voudrai te dire qu’il y aura un petit changement, mes parents et moi on a fabriqué notre sapin avec des palettes récupérées par mon papa à son boulot. Mais tu verras, ça fait pareil que le sapin d’avant et en plus il sent bon le bois. Je mettrai des lumières aussi pour que tu vois bien notre sapin, des petites lumières qui consomment moins d’électricité. Parce que tu sais, je suis pas grand, mais je suis pas bête, moi aussi je veux pas détruire la planète. et en plus, j’aime pas couper des arbres pour le jeter après, surtout depuis que j’ai vu le film “Le temps des forêts”, bon, j’ai pas tout compris pourquoi les gardiens des forêts ils sont tristes, mais j’ai pas aimé voir tout ces arbres coupés et ces forêts détruites. Même si j’y vais pas souvent, j’aime bien sentir l’odeur des champignons dans les bois.

Lire l'article

Site internet : https://aura.reseaucompost.org/
Nos partenaires :
ademe région aura

Adhérer au réseau : https://aura.reseaucompost.org/adherer
Les différents usages du compost
N°3 | Oct. 2018
RCC Région La Lettre d'INFO
du RCC Auvergne-Rhône-Alpes
Oct. 2018
Le grand public a encore trop souvent une image négative des composts fait maison. Dans la réalité il est tout à fait possible de produire un compost de qualité comparable à des produits du commerce que cela soit dans son jardin, dans son quartier avec ses voisins ou encore dans son établissement scolaire.
Un compost de qualité est donc un excellent outil de communication auprès du grand public.
Cette lettre vous apportera de nombreuses informations sur l'usage du compost et sur la réglementation encadrant son usage dans des sites de compostage partagé ou autonome en établissement. Elle était attendue depuis longtemps. Bonne lecture!

Terreau, compost, c’est quoi la différence ?

compost Voici une question qui revient régulièrement dans les formations. Apportons quelques précisions et profitons de l’occasion pour introduire la terre comme autre élément de réflexion.

En tant que formateur je constate souvent que par une approche active, les personnes qui se posent cette ou ces questions possèdent déjà une bonne partie des éléments de réponse.

Le compost ? Il s’agit d’un amendement organique destiné à enrichir le sol en humus, en éléments nutritifs, à améliorer ses propriétés physiques, biologiques et chimiques. Il répond à une norme différente de celle du terreau

Le terreau ? Il s’agit d’un support de culture, destiné à remplacer la terre, pour des cultures en pots, bacs, godets, c'est à dire hors sol. Il doit être poreux, aéré, tout en retenant bien l'eau, mais sans excès, permettre le développement d'un bon système racinaire. Ce n'est pas un amendement. Pour l'enrichir, c'est à dire pour que ce support de culture puisse nourrir les plantes, on ajoute soit des engrais chimiques, soit un amendement organique et des engrais organiques (compost, fumier…..) pour les terreaux bio.

Lire l'article

Réglementation concernant l’usage des composts produits dans les sites de compostage partagé et de compostage autonome en établissement (cantines, campings, restaurants, ..)

justice Une réglementation attendue depuis de nombreuses années enfin publiée !

Tous les composts vendus ou donnés en France doivent être analysés préalablement pour répondre aux normes nationales. Objectif : éviter la pollution des sols par des métaux lourds ou autres polluants.
En gestion de proximité, cette obligation légale pose problème dans le sens où les coûts d’analyse sont beaucoup trop importants comparativement aux tonnes détournées, souvent 1 à 2 tonnes par site, parfois une dizaine de tonnes, rarement plusieurs dizaines de tonnes.

En France, l‘arrêté du 9 avril 2018 fixant les dispositions techniques nationales relatives à l’utilisation de sous-produits animaux et de produits qui en sont dérivés, dans une usine de production de biogaz, une usine de compostage ou en « compostage de proximité » a pris en compte cette contrainte pour permettre la gestion de proximité de biodéchets en dessous d’un certain seuil en permettant une dérogation à cette obligation d‘analyses.

Lire l'article

Comment utiliser un compost collant, demi-mûr issu d'un compost de quartier ou d'un tas de gazon mal gérés ?

compost Gardons toujours en tête les mêmes éléments d'approche : travail et impact environnemental minimaux.

Apports au jardin ornemental, potager ou fruitier en surface recouvert d'un paillis: un apport à l'automne sous paillis permettra à la vie du sol de dégrader et intégrer les éléments demi-décomposés. Par ailleurs, l'apport en couche mince, quelques centimètres au maximum (attention au surdosage inutile et risqué pour les nappes phréatiques), permettront de stopper ou réduire fortement la production de gaz à effets de serre. L'apport d'un paillis, feuilles hachées à la tondeuse par exemple, permettra de maintenir l'humidité nécessaire à la décomposition. L'absence de paillage produira un croûtage de surface du compost demi-mûr qui réduira la décomposition et l'intégration au sol des matières.

Lire l'article

SIDOMSA : Une plateforme de compostage référencée ECOCERT pour produire du compost de déchets verts

sidomsa Bien que le meilleur déchet soit celui qui n’est pas produit ou celui qui n’est à prendre en charge par la collectivité, il faut bien prendre en charge tous les déchets verts qui sont encore apportés en déchèterie par une grand majorité des particuliers ou des entreprises. Les pratiques de tonte mulching sur gazon et sur feuilles se développent comme les pratiques du paillage et du broyage. Il reste toutefois des milliers de tonnes à traiter. Voyons dans l’article suivant comment une plateforme de compostage située dans notre Région est gérée. Au passage un grand merci au SIDOMSA pour son témoignage.

Lire l'article

Peut-on utiliser le compost des toilettes sèches ?

toilettes seches Il est très difficile d’estimer le nombre d’utilisateurs de toilettes sèches (TS) en France. Une étude réalisée entre 2005 et 2010 fait état de 10 000 à 20 000 utilisateurs dans le cadre familial. Ces données peinent à inclure les personnes réalisant elles-mêmes la fabrication et l’installation de leur dispositif ainsi que les utilisateurs occasionnels (écotourisme, évènementiel…). Le bilan pourrait donc être révisé à la hausse !

Lire l'article

Le fumier est-il plus riche que du compost ?

fumier Dans la pratique de nombreux jardiniers, le compost du jardin est le parent pauvre d'une fertilisation efficace au jardin. Le fumier serait beaucoup plus performant ? Il suffit de constater le dédain que de nombreux jardiniers apportent aux déchets des cultures et à leur tas de compost et leur inventivité pour trouver l'agriculteur chez qui il faudra aller chercher avec une remorque le fumier plus ou moins bien composté.

Lire l'article

L'apport de compost protège des maladies : une découverte des années 80 !

Oui, s'il est de bonne qualité c'est à dire produit dans des conditions aérobies !

C'est le docteur Francis Chaboussou, qui fut directeur de recherche et directeur de station de l’INRA qui a mis cela en évidence dans son ouvrage "Santé des cultures" publié en 1985. Il prouve par ailleurs que c’est la physiologie même de la plante cultivée qui est perturbée par les pesticides, la rendant plus vulnérable aux agresseurs. Il montre que le recours massif aux pesticides crée des fragilités chez les plantes… qui vont conduire à augmenter encore plus l’usage de ces toxiques pour tenter de réduire les nouveaux dégâts causés par cette fragilité. Un véritable cercle vicieux !

Lire l'article

Questions/réponses sur le lombricompost

lombricompostage C'est quoi le lombricompostage ?

Le lombricompostage se pratique à l'aide d'un lombricomposteur acheté ou auto-fabriqué. Les vers de compost, ou vers de fumiers, sont placés spécialement dans ce contenant. Les 2 espèces utilisables sont Eisenia foetida et Eisenia andrei. Il est possible d'acheter ou de récupérer gratuitement ces vers dans un composteur extérieur, un tas de fumier ou sur plus2vers.com.
Les vers étant dans un espace confiné, ils ne pourront pas s'échapper et mourront si les conditions de vie ne sont pas favorables. Des températures comprises entre 15 et 25°C sont optimales. Le lombri-compostage se pratique aussi en extérieur (en andain, technique agricole ou bac) les vers restent si l’environnement leur est favorable.

Lire l'article

On a testé : "le test du cresson"

« Le compost que je viens de récolter est-il assez mûr pour le potager ? »

Il existe un test rapide et facile à mettre en œuvre chez soi pour répondre à cette question. C’est le fameux « test du cresson ». Une norme décrit le mode opératoire de ce test (voir encadré). Ce test est couramment utilisé en contrôle de production par les producteurs de compost ou de supports de culture mis sur le marché. Attention, ce test ne peut pas se substituer à des analyses physico-chimiques et biologiques comme celles prévues par la norme NF44-055 relative aux amendements organiques. Il permet simplement d’évaluer la phytotoxicité de votre compost et son effet anti-germinatif. Il vérifie l'état des substances organiques issues de la décomposition incomplète ou anaérobie qui pourraient bloquer la germination des graines (ammoniac…..).

Lire l'article

Site internet : https://aura.reseaucompost.org/
Nos partenaires :
ademe région aura

Adhérer au réseau : https://aura.reseaucompost.org/adherer
Le broyat, ressource précieuse : quels usages et où s'en procurer ?
N°2 | Mai 2018
RCC Région La Lettre d'INFO
du RCC Auvergne-Rhône-Alpes
Mai 2018
Que l’on composte chez soi ou au pied de son immeuble, il est parfois difficile de se procurer du broyat. Les particuliers ne savent pas toujours bien l'utiliser. En compostage collectif, son usage est indispensable en tant que matière carbonée. Sans compter la formidable ressource qu'est le broyat lorsqu'on l'utilise en paillage, et qu'on évite ainsi de brûler ses déchets verts à l'air libre !

Peu à peu les pratiques changent et les collectivités commencent à s'emparer du sujet. Celles qui s’engagent dans la valorisation des déchets verts font d’ailleurs de sacrées économies quand on sait que 30 à 50% des coûts des déchetteries sont liés aux déchets verts!

Cette nouvelle lettre d'information du RCC AURA s'intéresse aux différents usages du broyat, au matériel et aux moyens que les collectivités donnent aux particuliers pour s'en procurer. De nombreux témoignages viendront étayer les articles pour que chacun puisse trouver les bons conseils et astuces. Bonne lecture !

Le broyage mutualisé de déchets verts

broyeurOn entend par service de broyage mutualisé de déchets verts l’acquisition par une collectivité d’un broyeur de végétaux, afin qu’il soit mis à la disposition soit de ses communes membres, soit des particuliers résidant sur le territoire, soit des deux.
La collectivité peut également prêter le broyeur à des établissements demandeurs (ex: établissements scolaires, division départementale des routes, établissements de santé, etc.). Le service de location peut être gratuit ou payant.
Afin que le service fonctionne bien, il sera nécessaire de former l’ensemble des agents techniques des communes à l’utilisation du broyeur dès le début et de prévenir l’usager (agent technique ou particulier) des consignes d’utilisation et de sécurité à chaque nouvelle sortie du broyeur. Il convient aussi de déléguer un agent de la collectivité ou une prestation externe à l’accompagnement et à l’utilisation du broyeur dans chacune de ses prestations.

Lire l'article

Au Sictom de Morestel, plusieurs actions en faveur du broyage et du paillage

broyageLe SICTOM de la région de Morestel, dans le cadre de sa mission de prévention des déchets et d’économie circulaire, propose plusieurs actions afin de promouvoir le broyage et le paillage:

Prêt gratuit de broyeurs aux particuliers :
Ce service, mis en place depuis 6 ans, est de plus en plus plébiscité par les usagers. Il contribue à réduire le tonnage de végétaux en déchèterie et à augmenter l’utilisation de paillis dans les massifs et jardins avec tous les intérêts qui en découlent. Un outil de planification en ligne est disponible pour faciliter les réservations.

Lire l'article

Broyeurs mutualisé, retour d’expérience de la communauté de communes du pays de Salers (Cantal)

salers La communauté de communes du Pays de Salers fait partie des lauréats de l’appel à projet Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV) depuis la fin d’année 2015. Un programme d’actions de 18 actions ciblées est donc mis en place sur le territoire dont une action d’acquisition de broyeur de branches. Quatre broyeurs de branches ont donc été acquis en fin d’année 2017, leur utilisation est double.

Tout d’abord, possédant 3 déchèteries où les déchets verts (tontes et branchages) sont acceptés et valorisés directement sur le territoire, un broyeur de branches (Saehlen; 22,5 Premieum) a donc été mis en place sur chacune d’elle pour broyer la partie branchages apportées par les particuliers et professionnels du territoire.

Lire l'article

Nous avons testé...

Choisir un broyeur ! Oui, mais comment ? 20 broyeurs testés par Terre Vivante et fête des broyeurs dans le Sictom du Guiers

test-broyeur Si vous allez chez un vendeur, il est certain qu'il va vous recommander la marque dont il est le revendeur. Il saura vous conseiller sur le choix d'un modèle en fonction de votre budget. Voir fonctionner le broyeur sera impossible dans la plupart des cas.

Le broyeur conviendra-t-il à votre besoin ou à celui de votre groupe d'acheteurs ? Vous le saurez à l'usage, après votre achat !! Comment faire un achat plus avisé ?

Lire l'article

Comment faciliter l’accès au broyat et réduire les coûts des déchets verts au sein d’une communauté de communes?

Témoignage de Benjamin MONCONDUIT, responsable service déchets, CC du Haut Bugey (57 000 h, 36 communes)

Lire l'article

Des broyeurs à végétaux mis à disposition des associations

sitom Le SMICTOM des Forêts regroupe 35 000 habitants en habitat mixte à dominante rurale répartis sur 17 communes et 3 communautés de communes. Situé au nord est de Rennes, il est territoire Zéro Déchet Zéro Gaspillage depuis 2015.

Dans l’optique de mobilisation d’acteurs autres que les prestataires habituels du SMICTOM, une coordinatrice issue du milieu associatif a été recrutée afin de mettre en place et développer ces nouveaux partenariats. Durant la phase diagnostic du PLP, les acteurs associatifs ont rapidement manifesté l’intérêt du broyage. Leur problématique : les coûts d’acquisition et d’entretien difficiles pour certaines structures à assumer. D’où la naissance du projet : une mise à disposition de 4 broyeurs associatifs pour l’ensemble des associations du territoire.

Lire l'article

Le bois, une matière en or

bois Autrefois, il y avait forcément, là où nous vivons, un coin de forêt. Lorsque l’homme abandonne son champ, de jeunes arbres y poussent et une forêt naissante jaillit en quelques années. Dans une forêt, tout pousse : nos ancêtres y trouvaient de quoi vivre. Est-il possible de l’avoir oublié au point que nous ignorions les bienfaits des arbres ?

La technique du Bois Raméal Fragmenté remet un peu d’écosystème forêt dans le sol que l’on cultive : trois centimètres d’essences feuillues, avec ou sans les feuilles, épandus au sol suffisent. Le contact terre bois stimule la germination des spores fongiques : le mycélium envahit la surface puis la profondeur et offre une nourriture abondante aux insectes fongivores. Leur multiplication offre leurs déjections aux « coprophages ». Ceci booste la vie du sol jusqu’aux vers de terre. Les plantes bénéficient d’une régie nutritionnelle orchestrée en leur faveur par tous les êtres vivants du sol.

Lire l'article

Plateforme de mutualisation des ressources en broyat du département de l’Isère

Avec la multiplication des projets de compostage (en pied d’immeuble, partagé, etc.) et le développement des pratiques de jardinage au naturel (paillage), une difficulté est rapidement apparue :celle de la pérennisation de l’approvisionnement en matières sèches (broyat).

Afin de résoudre ce problème d’approvisionnement, le Conseil Départemental de l’Isère a développé, par l’intermédiaire de l’association Trièves Compostage & Environnement, un outil informatique de mise en relation des producteurs et des consommateurs de broyat.

Lire l'article

L'agenda du Maître composteur

Benjamin Viguié est agent de gestion et prévention des déchets à Loire Forez agglomération : 106 574 habitants, 88 communes.
Il travaille au service déchets et plus précisément dans le pôle prévention, pôle prévention en cours de recomposition pour aboutir en 2018 à une équipe complète avec une chargée de mission et 3 ETP. Deux de ces agents sont formés Guide-composteur et Benjamin Viguié, l'un d'entre eux, finalise sa formation Maître composteur.

Les missions de l’agglomération :
- Collecter et valoriser les déchets avec 5 déchèteries fixes (dont 4 gérées en Régie), 1 déchèterie mobile et 1 plate-forme de compostage, deux plates-formes de stockage de déchets verts avec chacune deux sessions annuelles de broyage pour du co-compostage vers les agriculteurs en partenariat avec les chambres d'agriculture.
- Encourager le tri et la prévention des déchets, c'est un Territoire Zéro Déchets Zéro gaspillage.

Le contexte de cette agglomération :
Cette agglomération est le fruit de la fusion de 4 communautés de communes depuis janvier 2017. Ainsi harmonisation des pratiques, des procédures et des tarifs sont les axes prioritaires de réorganisation. C'est également une opportunité pour mettre en place des études et des bilans. Une étude sur les déchets verts en 2017 va produire des recommandations pour orienter l'action vers des solutions mises en place en 2018 et en 2019. Cette étude comporte un volet prévention important avec des solutions pour les particuliers, les communes et les professionnels.

Les particularités : zones de plaines et de zones de reliefs, donc territoire divers sur la géographie.

Lire l'article

Site internet : https://aura.reseaucompost.org/
Nos partenaires :
ademe région aura

Adhérer au réseau : https://aura.reseaucompost.org/adherer
Valorisation des biodéchets : une nouvelle obligation légale ; quelles solutions mettre en place ?
N°1 | Fév. 2018
RCC Région La Lettre d'INFO
du RCC Auvergne-Rhône-Alpes
Fév. 2018
Le Réseau compost citoyen AURA vous invite dans cette lettre d'information à une réflexion sur les différents modes de gestion des biodéchets et leur éventuelle complémentarité : gestion de proximité par des professionnels avec l'exemple du projet "Au compost !" à Chambéry ou du dispositif de l'Oisans ; gestion citoyenne (compostage par les habitants aidés par les collectivités ou parfois les bailleurs) avec les articles du compostage partagé en Auvergne et du lombricompostage à Lyon ou encore gestion en collecte sélective avec un lien vers le Réseau compost+ qui organise en mars ses "Journées Territoires & Biodéchets" (voir agenda).

Il n'y a pas d'antagonisme entre les différentes solutions exposées, et même parfois une certaine complémentarité : sur certains périmètres, la collecte sélective pourra convenir, alors que sur d'autres le compostage de proximité sera une solution bien moins coûteuse et sans coût de transport.

Notre Réseau soutient les actions de proximité avec un traitement in situ de la matière organique, mais propose dans cette lettre d'information différentes solutions pour que chaque collectivité trouve son modèle et qu'un maximum de biodéchets soient valorisés.

Entretien avec M. Laurent Battut, Président du VALTOM (Syndicat de valorisation et de traitement des déchets ménagers du Puy-de-Dôme et du nord de la Haute-Loire)

L.Battut

La loi sur la transition énergétique impose une valorisation de la matière organique pour 2025. Le nouveau "Paquet Economie Circulaire" européen avance même cette obligation à 2023.

RCC AURA : Quelles solutions le VALTOM a mis en place pour anticiper cette réglementation ?

Les volumes de production de déchets organiques sont tels que leur réduction et leur valorisation a toujours été un axe important de la politique du VALTOM bien avant l’évolution de la réglementation.
C’est pourquoi, depuis la création de notre structure en 1997, nous conduisons des actions annuelles de promotion du compostage individuel de jardin. Ce dispositif a permis la mise en place de 52 000 composteurs sur notre territoire pour détourner annuellement de la poubelle près de 8 700 tonnes de déchets.

Lire l'article

Complémentarité des modes de traitement des biodéchets, qu'en pensez-vous ?

C'est la question que nous avons posé à 40 adhérents du Réseau compost citoyen Auvergne-Rhône-Alpes en mars 2017 sous la forme d'un "Ice breaker" ("brise glace")

Question de méthode : Ice breaker ou « Brise glace », comment s'en servir ?
Sur un thème qui fait débat et pour créer une dynamique de groupe, un début d'engagement dans une réflexion, les « brises glace » sont efficaces courts et précis pour « mettre l'ambiance ».
Identifiez d'abord ce qui, d'après vous, fait débat sur le thème traité par votre réunion. Dès cette étape, élaborez les points de débats de manière collective. Le jour J, positionnez de chaque côté de la salle un panneau « tout à fait d'accord » et à l'autre bout, un panneau « pas du tout d'accord ». Une fois les affirmations énoncées, chacun se positionne dans la salle et peut donner son avis sur sollicitation de l'animateur. Comptez 15 minutes en tout pour ce temps d'animation.
Vous manquez d'inspiration ?

Des affirmations ont été énoncées lors de notre séminaire pour provoquer un débat d'idées que nous avons retracé pour vous :

Lire l'article

Dans l'Oisans, 180 sites de compostage partagé fonctionnent sans habitant référent

oisans1 Après la fermeture de l’usine d’incinération (15000 tonnes) en mai 2017, les déchets du territoire de l'Oisans sont acheminés à Grenoble, distante de 50 km. Cette situation a encouragé la communauté de communes de l'Oisans (10 000 habitants permanents, 100 000 en hiver) à développer le compostage de proximité de manière ambitieuse. 180 sites de compostage ont été installés depuis, dont 45 sur la seule commune de Bourg d'Oisans. La communauté de communes gère entièrement le déploiement du dispositif de compostage partagé : définition de l'emplacement, mise en place des bacs, apport de broyat, entretien, brassage, transfert et vidage des bacs vers la plate-forme de déchets verts où se fait la maturation. La plupart du temps, les sites ne sont équipés que de deux bacs. Le compost mûr est ensuite mis à disposition des usagers. Les bacs sont exclusivement en bois pour l’esthétisme et la rigidité, et ont une contenance entre 400 et 800 litres. La fourniture des bioseaux se fait lors des animations en déchetterie ou en mairie.

Lire l'article

« Au Compost ! », un projet expérimental de compostage partagé par Grand Chambéry

aucompost1 L'opération « Au compost ! » est une expérimentation de déploiement à grande échelle de sites de compostage partagé sur le domaine public, mise en place depuis mars 2017 sur la commune de la Motte Servolex (73). 15 sites de compostage ont été installés par Grand Chambéry sur l'agglomération, en partenariat avec la commune concernée. Cette expérimentation est née d'un constat : devant la participation croissante des habitants au compostage, les sites de quartier de l'agglomération chambérienne sont désormais souvent équipés de composteurs de grande capacité (1000 à 1500 litres), rendant les opérations techniques (brassage à la fourche, transferts de bacs, etc.) plus contraignantes pour des habitants bénévoles car consommatrices de temps et d’énergie. Ainsi, Grand Chambéry a envisagé avec Compost’Action et Trialp une solution alternative et innovante. Le projet « Au Compost ! » propose ainsi l’externalisation des opérations techniques sur les sites de compostage par une personne en contrat d’insertion de la société Trialp. Avec un maillage serré, les positionnements des sites ont été étudiés pour faciliter le geste de compostage pour les habitants. Le projet « Au Compost » s’appuie toujours sur les habitants qui assurent un rôle d’« ambassadeurs du compostage » dans le quartier : ils sensibilisent leurs voisins, donnent les consignes de tri et communiquent sur la pratique du compostage. C'est Compost'action qui s'est occupé la première année de leur formation et de l'accompagnement à ces animations, avant que la collectivité ne reprenne cet accompagnement.
La commune de la Motte Servolex a quant à elle eu un rôle clé sur l'emplacement des sites, la communication via des relais de terrain, la connaissance des syndics et de certains habitants moteurs, ainsi que sur la mise à disposition du broyat pour alimenter les sites. Cette commune, inscrite dans l'agenda 21, a très bien accueilli ce projet et contribue à son bon fonctionnement.

Lire l'article

Développement du compostage partagé dans le Puy-de-Dôme

valtom1Dans le cadre de son programme ORGANICITE®, le VALTOM initie et accompagne des projets de compostage de quartier depuis 2016.

Le programme ORGANICITE® a pour objectif de proposer et de mettre en place des solutions concrètes visant à réduire les quantités de déchets organiques produites sur un territoire (communes ou communauté de communes) et à en optimiser la gestion.
Ce programme s’articule autour de 3 axes :
- OUI au compostage
- NON au gaspillage alimentaire
- OUI au jardinage au naturel

Lire l'article

Le lombricompostage : une solution qui marche aussi en collectif urbain

Technique à l’origine agricole et donc réalisable en plein champ et sur de gros volumes, le lombricompostage est essentiellement connu du grand public pour sa version mini et intérieure (les petits lombricomposteurs en plastique). Depuis plus de 5 ans, l’association Eisenia s’emploie à démontrer que cette technique est aussi totalement adaptée sur des modèles collectifs urbains, extérieurs ou intérieurs. Le lombricompostage permet d’optimiser des installations que nous pouvons placer très proches d’habitations, nécessitant peu d’entretien, un lombricompost de qualité et offrant entre autres l’avantage de pouvoir utiliser du carton, très facilement trouvable en ville, comme apport carboné principal.

Lire l'article

Nous avons testé...

test« Le seau à Bokashi »

Jean-Jacques Fasquel, Maître composteur, a testé le seau à Bokashi, et nous livre ses impressions.

Si vous avez une opinion différente de la sienne, n'hésitez pas à nous en faire part, nous pourrons alimenter l'article sur notre site internet.

Lire l'article

L'agenda du Maître composteur

A faire en Février : Suivi des programmes, renforcer les liens avec les partenaires

Lire l'article

Site internet : https://aura.reseaucompost.org/
Nos partenaires :
ademe région aura

Adhérer au réseau : https://aura.reseaucompost.org/adherer